Rendons grâces pour la vie religieuse en Corse !

En ce mois d’octobre 2019, nos Sœurs Missionnaires de saint Antoine-Marie Claret ont fêté le 50e  anniversaire de leur présence en Corse. 50 années de présence, d’immersion pourrait-on dire, dans la population corse, au service du diocèse et des paroisses, dans la proximité des familles, des malades et des plus pauvres. Aujourd’hui implantées à Ghisonaccia et à Saint-Pierre de Montesoro, elles sont particulièrement engagées dans le service paroissial, la pastorale de la santé et la pastorale des jeunes. Nous les remercions pour leur fidélité et leur disponibilité !

Cet anniversaire est pour nous l’occasion de rendre grâces à Dieu pour la présence de la vie consacrée en Corse, et de remercier les diverses communautés religieuses qui y sont implantées. 

Les deux communautés contemplatives — les Sœurs Clarisses de Bastia et les Sœurs de Bethléem à Sari-Solenzara — sont, par nature, les plus discrètes. Dans le secret de leur monastère (ou ermitage), elles prient et travaillent pour accompagner dans le silence l’enfantement de ce monde qui gémit dans l’attente de sa pleine délivrance (cf. Rm 8,22). 

En plus des Sœurs Clarétaines, la communauté apostolique des Sœurs Ursulines de la Sainte Famille est présente à Porto-Vecchio où elles sont très insérées dans la vie paroissiale. Quant à la Fraternité d’Aja Impredo, à Bisinchi, elle est petite mais précieuse dans le Cœur de Dieu ! On peut citer également les Sœurs de Marie Immaculée qui étaient présentes à St-Hyacinthe et qui, malheureusement, ont quitté notre île début septembre. Nous les remercions pour le service fraternel qu’elles nous ont offert pendant de nombreuses années ! Par ailleurs, un projet se dessine au couvent de Marcassu avec les Sœurs du Rosier de l’Annonciation.

Dans la vie apostolique masculine, nous pouvons citer nos Frères Capucins, bien connus des Bastiais, de tous ceux qui écoutent la radio Salve Regina, et bien au-delà. Très ancré dans la ville, leur couvent est une oasis spirituelle pour de nombreuses personnes. Dans la famille franciscaine, il y a bien sûr également nos Frères Franciscains mexicains de Sartène qui déploient un beau zèle missionnaire dans la ville mais aussi dans l’Alta Rocca ; et puis, bien sûr, les Franciscains de l’Immaculée qui viennent d’arriver à Ajaccio au couvent Padre Albini à côté de San Rucchellu et qui pourront déployer leur charisme marial et missionnaire. 

Le diocèse bénéficie également de la présence des Oblats de Marie Immaculée, à Vico. Prenant en charge de nombreuses paroisses, ils sont aussi très insérés dans la vie locale de cette microrégion. A Corbara, les Frères de Saint-Jean ont la charge d’une unité paroissiale, ils accueillent et animent aussi tout au long de l’année des retraites, récollections, sessions, etc., sans oublier l’entretien de ce grand et beau couvent ! Il y a aussi à Ajaccio la communauté Timon-David qui possède le beau charisme des patronages ; une réalité en plein renouveau aujourd’hui et qui ne demande qu’à se propager en Corse ! 

Ces communautés religieuses nous rappellent qu’avec la grâce de Dieu, « il est bon de vivre ensemble et d’être unis » (Ps 132). En vivant de façon radicale les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, les membres de ces communautés — et aussi les religieux ou consacrés ne vivant pas en communauté — nous invitent à intégrer ces trois dimensions inhérentes à toute vie chrétienne : le détachement vis-à-vis des biens que nous possédons, la chasteté de la relation, c’est-à-dire le refus d’utiliser l’autre pour son propre intérêt, et l’obéissance, c’est-à-dire la soumission de sa volonté propre au réel, aux exigences de la charité et à Dieu.  

Merci, frères et sœurs, pour votre témoignage. Vous êtes un membre vital du Corps que nous formons ! 

 

+ Olivier de Germay

Évêque d’Ajaccio