Michelle Marival

Ce mois-ci nous sommes partis à la rencontre de Michelle Marival, l’aumônier de la base aérienne de Solenzara, charge qu’elle occupe depuis 2004… 

Quel est votre ministère d’aumônier militaire ?

En tant que laïque et mère de 3 grandes filles, ma position d’aumônier militaire sur la base aérienne 126 de Ventiseri-Solenzara que j’honore depuis 2004 consiste à être à l’écoute des hommes et des femmes, à être auprès du personnel militaire et civil en partageant leur quotidien, à être là dans les moments difficiles en les accompagnant, à être un relais avec mon prêtre modérateur dont je dépends.

Je prépare les futurs couples à leur mariage en les accompagnant durant plusieurs mois et j’accompagne également des parents désirant faire baptiser leur enfant.

J’ai la chance de suivre les enfants en catéchèse, tant des enfants de militaires que ceux de la plaine de Travo, souvent ensemble en scolarité du primaire à la 6e.

 Quelle collaboration apportez-vous au doyenné de la Plaine Orientale ?

En doyenné, je partage les différentes rencontres avec le clergé et je suis totalement immergée ; je peux suivre les différentes propositions pastorales de l’évêque d’Ajaccio sur le terrain (sachant que j’appartiens au diocèse aux Armées Françaises qui a également son propre évêque).

J’ai un rapport très proche avec les familles dont les enfants catéchisés  se retrouvent aux messes mensuelles des familles, que nous vivons dans la paroisse « civile » locale et cela renforce les liens d’intégration, permettant de grossir notre assemblée dominicale.

Je suis également heureuse de vivre nos rendez-vous hebdomadaires avec les catéchistes du secteur, les religieuses et  le père Adalbert pour les préparations des rencontres avec les enfants : nous vivons en harmonie. L’absentéisme des enfants est inexistant et leur enthousiasme est vraiment pour moi un réel bonheur. Nous travaillons ensemble à la vigne du Seigneur.

Comment voyez-vous l’avenir de l’Église qui est en Corse ?

Il faudrait : 

– choisir plus de laïcs pour aider dans la vie de l’Église ;

– une réorganisation nouvelle avec plus d’acteurs pour travailler en unités réduites ;

– mettre davantage en pratique les objectifs de l’évêque : avoir un projet missionnaire…

Suivant les paroisses, il y a plus ou moins de personnes qui s’ investissent et qui mettent leur foi au Christ dans le service aux autres. Elles montrent leur fidélité à l’Église, leur amour pour elle et cet attachement si fervent à la Vierge Marie.Mais on constate, malgré tout, que beaucoup semblent s’éloigner ou ne pas être concernés par la mission que le Seigneur demande à chaque baptisé.Mais, restons positifs : de bonnes braises sont toujours présentes sur cette île de beauté. A nous d’inviter à ce qu’elles soient plus rougeoyantes !Tout est encore à rénover et avec l’aide de l’Esprit Saint, construisons dans de nouvelles perspectives en tenant compte des évolutions de notre temps tout en respectant les grands principes de l’Église.Gardons cette foi qui nous habite et nous anime. Nous devons être témoins de l’amour de Dieu et en témoigner dans notre vie.

 

Propos recueillis par François Grimaldi d’Esdra