Des locaux neufs pour A Fratellanza

L’association A Fratellanza a inauguré ses nouveaux locaux, le 14 septembre dernier : des locaux totalement rénovés, qui nous permettent, enfin, de recevoir nos accueillis dans des conditions conformes à la dignité des personnes.

Nous avions traversé un passage difficile, en raison de l’extrême vétusté du bâtiment. Nous avions même envisagé, un moment, la mort dans l’âme, de fermer notre association. Puis, un jour, les propriétaires, Valérie Lorenzi et son frère Victor nous ont fait donation du bâtiment, ce qui a ouvert la voie au financement des travaux de rénovation. Les financements nous ont été octroyés par la Préfecture, la Collectivité Territoriale, le Département de la Haute-Corse, et par la Mairie de Bastia. Je tiens à remercier Messieurs Gilles Simeoni, Président de l’exécutif, François Orlandi, Président de l’ancien Conseil Départemental de la Haute-Corse, Pierre Savelli, Maire de Bastia, ainsi que les personnels de la Cohésion Sociale, qui se sont personnellement et fortement impliqués pour nous aider.

A Fratellanza se donne pour mission de se mettre au service des plus pauvres, ceux qui sont au plus bas de la misère, qui n’existent plus aux yeux des autres, et souvent, qui n’existent plus à leurs propres yeux, qui font partie de ce que l’on appelle le « quart-monde ».

Pour ce faire, nous offrons à nos accueillis toutes sortes d’aides matérielles : des toilettes, des douches, des machines pour laver leur linge, la possibilité de recevoir son courrier, de s’inscrire à la Sécurité Sociale, etc.

Mais ce qui, pour nous, constitue le cœur de notre activité, c’est d’abord la qualité de l’accueil, la qualité de la relation avec nos accueillis.  Il est important de regarder les personnes accueillies comme des frères, et le mot « frère » a une consonnance particulière pour nous, association chrétienne.

Mais plus important encore, il nous faut faire comprendre à l’accueilli, qu’il est une vraie personne. En effet, comme je l’ai indiqué plus haut, nos accueillis, souvent, ne se considèrent plus comme des personnes. C’est pourquoi nous mettons la personne humaine au centre. Je crois, malgré les urgences matérielles, certes essentielles, que l’humanité de chacun doit être mise au centre.

C’est ici que les associations caritatives sont le complément indispensable des services administratifs, grâce à cette relation privilégiée qu’elles seules peuvent créer avec les accueillis. Pour les associations, nos hôtes ne sont pas des usagers, mais précisément des personnes.

On pense à cette déclaration du pape François : « Notre engagement ne consiste pas uniquement en des actions de promotion et d’assistance. Nous ne nous laissons pas déborder par l’activisme, mais nous tenons à porter une attention à l’autre. Attention à l’autre, attention à la personne … »

Un nouveau défi nous attend désormais : la modernisation de nos locaux nous conduit à nous professionnaliser, à la demande de l’administration. Malgré cette professionnalisation, nous ne devons pas nous transformer en une machine à accueillir, mais, au contraire, il nous faut garder notre âme, la fraîcheur de nos débuts, cette capacité d’attention à l’autre. C’est bien un nouveau défi, et nous sommes prêts à le relever.

Par Jean-Claude Vignoli.