A la rencontre d’Elisabeth Berfini…

Elle est la prieure de la confrérie du Padre Albini à Vico et s’occupe depuis 2013 du secrétariat et de la communication entre confréries de Corse-du-Sud. Partons à sa rencontre… 

Quel est votre rôle au sein des confréries de Corse-du-Sud ?

Depuis son arrivée, le père Jean-Yves Coeroli, vicaire général et responsable des confréries pour le diocèse, avec le diacre François-Aimé Arrighi, missionné pour accompagner les confréries de Corse-du-Sud, ont décidé d’organiser trois réunions par an avec les représentants des confréries de Corse-du-Sud. Nous y parlons de tout ce qui concerne nos confréries et de la vie de l’Église. Mon rôle est de représenter ma confrérie au titre de prieure, mais j’assume aussi le secrétariat pour ces réunions et pour la communication entre confréries. Par ce biais nous nous connaissons mieux et travaillons dans un esprit confraternel. 

Depuis 2007 E Cunfraternite di u Pumonte sont dotées d’une charte permettant de se retrouver sur les valeurs chrétiennes (cf. site diocèse).

Pourquoi avoir voulu intégrer une confrérie ?

Afin de partager sa foi, de transmettre les valeurs chrétiennes. C’est une famille de croyants, pratiquants, avec toutes les générations, classes sociales et opinions politiques. Pour ma part c’est aussi et surtout par dévotion au Vénérable Charles Dominique Albini qui est important pour la Corse depuis le 19e siècle et dans le Vicolais. Il évita des vendette, aida des familles, des villages à se réconcilier. De nos jours il protège ceux qui le prient pour toutes causes. Pour nous des miracles ont eu lieu, mais non encore reconnus par le Vatican.  Il ne resta en Corse que 4 ans et  fut appelé « l’apôtre de la Corse ». Tous les ans vers le 20 mai, un pèlerinage lui est dédié au couvent de Vico où il est enterré. Il était Oblat de Marie Immaculée comme les prêtres actuels qui y vivent. Depuis sa création en 1996 notre confrérie lui est toute dévouée.

Quel est la place des femmes au sein des confréries en Corse ?

Toutes les confréries ne sont pas mixtes. Celles qui le sont donnent aux consœurs des tâches diverses, de la plus ingrate à la plus valorisante, comme dans toute association. 

Globalement de quel type sont les relations entre les confréries et l’évêché ?

Je pense que pour les confréries de Corse-du-Sud les relations se sont améliorées grâce à la mise en place de nos réunions. Elles ont permis de briser certains tabous. Pour la Haute-Corse, je ne sais pas, mais depuis peu nous essayons de nouer des liens entre les confréries de Corse qui le souhaitent afin d’arriver à travailler tous ensemble en bonne harmonie confraternelle.

Des projets ?

• Le 1er août 2018 A Cunfraternita di u Padr’Albini serait heureuse de recevoir les confréries de Corse pour célébrer la fête franciscaine de la Portioncule, A Priziuncula : temps d’échange avec le père Coeroli à 18 h, repas offert ; 21h30 procession aux flambeaux puis Salut du Très Saint Sacrement.

• Nous souhaitons organiser une journée diocésaine des confréries à Lupino, le samedi 20 octobre 2018 dès 10h. Pour cela nous avons essayé de contacter toutes les confréries pour leur donner les informations. 

• Nous sommes en train de créer un annuaire des confréries de Corse pour mieux communiquer entre nous. Il consiste à recenser toutes les confréries. Une autorisation écrite est demandée pour mettre sur le site du diocèse le nom du prieur, le téléphone et le mail d’une personne contact, prieur ou autre, la couleur des tenues, une photo de la bannière et les dates importantes de la confrérie. Nous ne publions que les renseignements souhaités par les confréries, le reste sera pour usage interne.

• Une adresse mail a été créée pour mieux échanger, mieux communiquer, avec toutes les confréries :  scrivanu.cunfraternitedicorsica @orange.fr 

 

Propos recueillis par François Grimaldi d’Esdra.