Deux écoles, une seule identité

Ce sont deux belles histoires, deux beaux projets, qui ont vu le jour et qui ont connu une belle réussite. Les écoles catholiques de L’Île-Rousse et de Porto-Vecchio ont entamé une longue mais magnifique marche pour s’enraciner dans le paysage scolaire corse. 

Il y a du courage, de l’abnégation et une passion sans faille au sein des équipes qui font vivre ces écoles. Les chemins empruntés ne sont pas foncièrement identiques mais l’identité est la même, le caractère propre est omniprésent et il fait bon vivre et apprendre dans ces établissements. Partons à leur rencontre…

A L’Île-Rousse, préserver l’enseignement catholique

Il ne s’agit pas à proprement parlé d’une idée de création, mais plutôt la volonté de préserver et de pérenniser l’enseignement catholique dans la cité paoline.

Il a fallu déménager, parlementer, négocier, mais au final, cette école flambant neuve est une véritable réussite et les enfants, selon les mots du président de l’OGEC, Thierry del Piero, sont « bichonnés ». Chauffage au sol, garderie du midi et du soir, mais également ce qui apporte la plus-value de nos écoles catholiques, l’écoute des enfants et de leurs familles, le catéchisme et les effectifs réduits, le tout pour des frais de scolarité de 70 € mensuels. Adeline Caron, la directrice, partage les 43 élèves qui composent les 3 niveaux (Maternelle, CP, CE1) que compte l’établissement avec une autre enseignante, Aurélie Soettemont, et une aide maternelle, Maryline Francisci.

Il est déjà question d’ouvrir dès la rentrée prochaine une classe de CE2, autant dire qu’il fait beau sous le ciel de l’école Notre-Dame de L’Île-Rousse.

A Porto-Vecchio, une première rentrée confiante

De la confiance, il en faut, pour ce magnifique projet porté par les parents de la microrégion mais également par le doyen de l’Extrême-Sud, Frédéric Constant : un état d’esprit partagé par le directeur diocésain de l’enseignement catholique, William Nusbaum et la toute jeune directrice et seule enseignante de l’établissement, Emmanuelle Robin.

Pour l’instant, les enfants sont installés dans des locaux attenants au presbytère, qui ont été mis aux normes pour l’occasion. Ils sont 16 dans une classe de CP à profiter, en plus du cursus normal, de cours d’anglais, de corse, et d’un beau projet avec le Parc Naturel de la Corse, le tout pour des frais de scolarité de 80 € mensuels, garderie comprise. Mais l’aventure ne s’arrête pas là, bien au contraire : elle ne fait que commencer. Il est question de construire une belle et grande école, à l’horizon 2020, car dès la rentrée prochaine deux autres niveaux devraient voir le jour, une maternelle et un CE1. Courant 2018, une souscription va s’ouvrir, un appel aux dons que l’ensemble des responsables abordent avec sérénité et courage. 

Par François Grimaldi d’Esdra