Des régions pastorales aux doyennés…

Capture d’écran 2017-08-21 à 15.46.19

L’Église est un Corps vivant ; loin d’être une réalité figée, et tout en demeurant elle-même dans son identité profonde, elle bouge, grandit, se modifie. Il ne faut donc pas s’étonner si l’organisation de l’Église qui est en Corse évolue. En l’an 2000, les Actes du synode avait conduit à la mise en place des régions pastorales. Tout en connaissant quelques évolutions, celles-ci ont porté un dynamisme pastoral pendant toutes ces années. Avec le temps, elles ont aussi montré leurs limites. 

C’est pourquoi, après avoir consulté le conseil presbytéral et le conseil épiscopal, j’ai décidé de supprimer les régions pastorales et de les remplacer par des doyennés. La délimitation de ces doyennés a été réfléchie et définie avec les prêtres et diacres du diocèse. Elle sera publiée officiellement au mois de septembre.

Quel est le rôle du doyenné ? 

Le doyenné se veut être tout d’abord un lieu d’échange et de stimulation. Les prêtres, diacres et autres acteurs pastoraux se réuniront une fois par mois. Ces rencontres seront l’occasion de prier, de partager et de mettre au point les activités communes, dans le respect du principe de subsidiarité. Il ne s’agit donc pas de constituer une « super-paroisse » où tout serait mutualisé, mais d’encourager une saine émulation et d’assurer au niveau du doyenné ce qui ne peut l’être au niveau des unités paroissiales. On peut imaginer par exemple que des équipes de préparation au mariage ou de catéchuménat des adultes soient constituées au niveau du doyenné ; leur service venant en complément de l’accompagnement local, qui ne doit jamais être supprimé.

Sous la responsabilité du doyen – nommé par l’évêque après consultation du clergé concerné – chaque doyenné établira le mode de fonctionnement de ses propres réunions mensuelles de façon à ce que soient honorées les dimensions de partage, de formation permanente, d’organisation, de prière et de convivialité, sans oublier la collaboration avec les laïcs.

Dans le souci d’une bonne articulation entre le diocèse et les doyennés, les doyens participeront au conseil épiscopal élargi trois fois par an. Inversement, l’évêque et le vicaire général participeront régulièrement aux réunions de doyennés. 

à la fin de l’année pastorale 2017-2018, une évaluation permettra d’ajuster éventuellement la délimitation ou le fonctionnement de ces doyennés.

J’invite tous les acteurs pastoraux à ne pas considérer la mise en place des doyennés comme une simple modification de structure, mais comme l’occasion d’être toujours plus dociles à ce que l’Esprit Saint suscite ici en Corse pour que le Christ soit connu et aimé. Puisse aussi cette nouvelle façon de fonctionner faire grandir toujours davantage la communion de notre Église diocésaine.

Olivier de Germay
évêque d’Ajaccio pour la Corse