Paroisses
La quête en ligne !
Faire un Don
Faire un signalement
Faire dire une messe
30
août

Sainte Jeanne Jugan (+1879)

Fondatrice des Petites Soeurs des Pauvres. « Dieu me veut pour lui », répondit-elle à un jeune homme qui la demandait en mariage »

Fondatrice des Petites Soeurs des Pauvres. « Dieu me veut pour lui », répondit-elle à un jeune homme qui la demandait en mariage. Elle avait alors dix-huit ans et était employée de maison depuis deux années. Elle avait perdu son père, disparu en mer à Cancale alors qu’elle n’avait que quatre ans. Ayant fait, dès son enfance, l’expérience de la pauvreté, elle fut confrontée à une misère plus grande encore lorsqu’elle vint travailler à Saint-Servan. Durant l’hiver de 1839, elle accueillit chez elle, dans son petit logement, une femme âgée, aveugle et paralysée qui survivait seule dans un taudis. D’autres jeunes femmes s’associèrent à elle et, en 1842, elles s’appelèrent « les servantes des pauvres ». Pauvres elles-mêmes, la quête fut leur ressource essentielle et l’occasion de demander aux personnes aisées de partager leurs biens avec les pauvres que Jeanne appelait « les membres souffrants de Jésus-Christ ». La congrégation connut un grand développement en Europe et même dans d’autres continents. A partir de 1852, une cabale de quelques religieuses la fit exclure de la direction de sa congrégation et elle fut soumise, ignorée, à une sorte de réclusion. « Je ne vois plus que Dieu seul », disait-elle. On reconnut son humilité et sa sainteté au moment de sa mort.

La suprême pauvreté de Jeanne Jugan fut de n’être qu’une recluse ignorée des autres. Cette pauvreté nous est souvent demandée.

(Lectionnaire Emmaüs)