Saint Pierre de Tarentaise (+1174)

Ce petit berger dauphinois est un enfant prodige. Gardien vigilant de ses moutons, il mémorise entièrement le psautier. A 12 ans, il décide de lui-même d’entrer à l’abbaye cistercienne de Bonnevaux. De là on l’envoie fonder l’abbaye de Tamié (mons qui stat medius). A 40 ans, le voici nommé, bien malgré lui, archevêque de Tarentaise, vallée supérieure de l’Isère. Au bout de 13 ans, il s’enfuit et va se réfugier dans l’anonymat d’un petit couvent cistercien suisse. On le retrouve, on le ramène sur son siège archiépiscopal. Il poursuivra bon gré mal gré sa tâche ingrate de conciliateur et d’administrateur : faiseur de paix, inlassable distributeur d’aumônes, constant soutien du pape légitime Alexandre III contre l’empereur Frédéric Barberousse.

Pas de disputes à propos des biens matériels ! Vous y perdriez vite vos deux richesses : celle du ciel et celle de la terre.

(Saint Pierre de Tarentaise)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).