Curé 

M. L’abbé Wojciech MACH

Mach

Contact

Presbytère
465, rue Saint Michel
20240 Ghisonaccia

Tél./Fax 04.95.56.31.98

paroisseghisonaccia@orange.fr

¨ Le Christ est ressuscité ,

il est vraiment ressuscité .¨ 

Que demeure en vous la grâce de Dieu,

la grâce pascale de la paix qu’il

vous offre aujourd’hui.

 

                                                                Bona Pasqua.

                                                                                                                                                                               P. Mach Adalbert

Evenements

Cathéchisme

Abbazia : Lundi à 16 h 00

Ghisonaccia : Jeudi à 16 h 30

Eglise Saint Michel de Ghisonaccia

Historique de l'église Saint Michel de Ghisonaccia

Les premières mentions attestant la présence d’un édifice religieux à Ghisonaccia figurent dans des documents datant de 1766. Les textes parlent d’une ¨Capelle nanto al Ghisonaccio¨.La rota civile, tribunal du gouvernement corse de Pasquale Paoli, y tient audience le 27 mai 1767.

Elle figure sur le plan terrier datant de 1795 ¨Chapelle Sanmicle (chapelle et maison)¨.

La chapelle primitive (actuellement, le chœur de l’église) date vraisemblablement de la première moitié du XVIII e siècle. Les villages de la montagne – Ghisoni et Lugo en particulier – contribuent largement à sa construction.

Le lieu peut étonner car la plaine est insalubre et quasiment inhabitée durant l’été. Mais le site, jusqu’au mois de mai, est le point de convergence des chemins de transhumance.

Bien que peu nombreuse et fluctuant au gré des passages des bergers, la communauté humaine de Ghisonaccia requiert elle aussi son lieu de culte.

En 1792, la chapelle, dédiée à Saint Michel Archange, devient le siège d’une vice-paroisse relevant de Ghisoni. Un vicaire, desservant la plaine, y assure une pratique cultuelle sans doute assez réduite. Les activités économiques et sociales sont le fait des villages de l’intérieur. C’est aussi à Ghisoni et Lugo… que se déroulent les fêtes patronales et la majeure partie des cérémonies paroissiales ponctuant la vie et la mort. C’est ainsi qu’aucune source écrite ne relate un enterrement à Ghisonaccia avant 1837.

Toutefois la communauté s’étoffe peu à peu au rythme du très lent éveil de la plaine. En 1851, Saint Michel peut devenir une paroisse à part entière.

Dès lors agrandissements et aménagements deviendront nécessaires.

La nef est édifiée entre 1880 et 1890. Beaucoup plus tard, en 1937, le chanoine Bartoli fait bâtir le clocher : les pierres sont ramassées par les habitants dans le lit du Fium’orbu.

A partir des années1960, l’évolution de l’agriculture, l’aménagement du territoire et le développement du tourisme métamorphosent radicalement la plaine orientale.

Les mutations économiques s’accompagnent d’un glissement de la population : désertification de l’intérieur avec concentration urbaine sur le littoral. Ghisonaccia s’avère un des pôles de la plaine orientale.

Son église ne convient plus, du coup, à la vie d’un groupe paroissial important et actif. Ce constat conduit le curé Antoine Brondi, à exécuter d’importants aménagements. Entre 1970 et 1975, deux salles latérales sont greffées sur la nef, apportant ainsi plus d’espace à l’intérieur, et une sacristie est adjointe à l’édifice.

L’architecture étant devenue plus fonctionnelle demeure cependant banale et froide. Il lui faut un décor pour la rendre plus chaleureuse et en même temps porteuse d’enseignement, de catéchèse. A cette fin le chanoine Brondi opte pour la réalisation de fresques néo-byzantines exécutées selon l’art et l’esprit des icônes : la majesté de ces images, leur universalité soutiennent un message biblique de grande valeur.

C’est un artiste grec, peintre officiel du patriarche de Constantinople, qui est chargé de réaliser ce projet : Nikos Giannnakakis. Il réside à Kania dans l’île de Crête. Ce peintre va accomplir son œuvre en trois étapes entre 1980 et 1985.

Les fresques désormais s’imposent à tous par leur beauté. Dans le chatoiement de couleurs multiples et variées, elles donnent à l’ensemble de l’édifice un air de fête familiale propre à réjouir le cœur et l’esprit.

En 1993, la municipalité par des aménagements extérieurs de qualité, réalise une place très spacieuse. Celle-ci met en valeur l’église et lui donne fort belle allure. En 1994, trois nouvelles cloches complètent ces travaux.

En 2016 la municipalité a fait procéder au ravalement du clocher, ce qui donne une cohérence à tous ces aménagements.

Horaires des messes

Paroisses concernées Ghisonaccia

Ghisonaccia
Lugo di Nazza
Poggio di Nazza
Ghisoni

 

Paroisses concernées Fium’orbu 

Prunelli di Fiumorbo
Isolaccio di Fiumorbo
San Gavino di Fiumorbo
Serra di Fiumorbo

Horaires des messes de la semaine Sainte du 14 au 21 avril 2019

Dimanche 14   Dimanche des Rameaux et de la passion

10 h 30  Messe  à Ghisonaccia

17 h 00 Messe à Ghisoni

Lundi 15 Lundi de la semaine Sainte

16 h 30 Messe d’obsèques  à Ghisonaccia

Mardi 16 Mardi de la semaine Sainte

9 h 30 Cathédrale d’Ajaccio, messe Chrismale

Mercredi 17 Mercredi de la semaine Sainte

17 h 00 Ghisonaccia vêpres chantées et messe de carême

20 h 00 Poggio di Nazza célébration et procession

Jeudi 18 Jeudi de la semaine Sainte

17 h00 Ghisonaccia messe en mémoire de la Cène du Seigneur

avec lavement des pieds et adoration au reposoir

20 h 00 Ghisoni célébration et procession

Vendredi 19  Vendredi Saint jour de jeûne et d’abstinence

15 h à 18 h : Ghisonaccia Sacrement du pardon

20 h 00 Ghisonaccia célébration de la passion et procession

Samedi 20 Samedi Saint

12 h 00 Ghisonaccia célébration avec la communauté Polonaise

20 h 30 Ghisonaccia veillée Pascale avec Baptême et messe

Dimanche 21  Dimanche de Pâques Résurection du Seigneur

11 h 00  Messe  à Ghisonaccia

15 h 30 Messe à Poggio di Nazza

17 h 00 Messe à Ghisoni

Mouvements attachés à la paroisse

Secours catholique

Saint Vincent de Paul

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton \ »éditer\ » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.