Un évêque

À presque neuf mois de la nomination de Mgr de Germay à Lyon, le pape François m’a nommé évêque d’Ajaccio : le cycle d’une naissance dans le secret de Dieu. Je suis certain que tant de personnes et de communautés ont porté dans la prière l’attente du nouveau pasteur.

Aujourd’hui je suis parmi vous. Le 13 juin vous étiez nombreux à la cathédrale pour assister à la naissance par le rite d’ordination du nouveau pasteur. La cathédrale, Église Mère, engendre des vies : hier un évêque, demain un prêtre, Pierre. 

L’Église nous apprend à espérer et à attendre. Dieu n’oublie jamais les siens, il ne nous laisse pas orphelins (cf. Jean 14,18). Dans ce mouvement des nouvelles vies, dans une société assez fataliste et triste, la foi nous provoque à être porteurs d’espérance et de joie.

Une mission

Serions-nous naïfs ? Non. Porter la vie, l’espérance et la joie à nos contemporains est une responsabilité liée à notre foi. Croire pousse à vivre. Qui n’attend pas des bonnes nouvelles ? Et alors, pourquoi, nous chrétiens, sommes-nous parfois trop pudiques dans l’annonce des bonnes nouvelles ? Soyons audacieux et courageux. Soyons-le sans arrogance et sans complexes. Le monde a soif, écoutons la soif de nos contemporains. Après la pandémie, nous rentrons petit à petit dans une certaine normalité sociale, la soif relationnelle est là ; la soif de sens est là ; la soif de vie est là. Jésus a donné la réponse définitive à la soif de sens de notre humanité. Proclamons avec simplicité et conviction qui nous sommes et à quoi nous sommes appelés.

La Corse

Notre terre a ses défis. Cet été je découvrirai la richesse des traditions de notre terre. Déjà, en habillant mon agenda, je sens que les initiatives ne manquent pas, que la créativité pastorale enracinée dans les traditions ancestrales se transmettent. Il s’agit d’une très bonne nouvelle. Nos confréries travaillent pour créer des moments de fraternité et de foi.

Je voudrais vous dire combien la présence des jeunes doit être centrale dans notre mission. Nous ne sommes pas auprès des jeunes pour lancer « notre opération séduction ». Notre mission n’est pas de les « avoir » ni de les « convaincre ». Les jeunes d’aujourd’hui ont une vie humaine riche, ils connaissent le monde, ils ont des diplômes, ils ont des satisfactions mais, souvent, ils n’ont pas trouvé le bonheur. L’Église, notre Église, peut offrir des temps et des moments pour accueillir, écouter et conseiller les jeunes. Eux, ils sont l’avenir. La tradition et la modernité ne se disputent pas. 

Face aux défis : « Passons sur l’autre rive ! » (Marc 4,35).

+ Mgr François Bustillo, évêque d’Ajaccio pour la Corse