Tous unis face au coronavirus !

L’épidémie du coronavirus est arrivée en Corse plus rapidement que nous ne l’avions imaginé. Les autorités politiques ont pris des mesures fortes. Au niveau ecclésial également, des décisions ont dû être prises, dont l’annulation de toutes les célébrations liturgiques publiques, à l’exception des obsèques pour l’instant.

Comment, en tant que catholiques, vivre ce temps de crise ?

Peut-être nous faut-il avant tout éviter de tomber dans les pièges classiques se manifestant en pareille circonstances : la polémique, la division, le complotisme, le catastrophisme, le sauve-qui-peut ou le chacun pour soi.

Notre souci doit être de nous intégrer dans l’effort de solidarité nationale pour freiner la propagation du virus. Si toutes les tranches d’âges ne présentent pas la même vulnérabilité, il est évident que tous doivent se sentir solidaires des plus fragiles en participant à l’effort collectif. On ne saurait prendre en considération nos seuls intérêts personnels ou communautaires. Cette pandémie doit être l’occasion d’une solidarité accrue vis-à-vis des personnes fragiles, de ceux qui doivent garder leurs enfants tout en travaillant, et de toutes les victimes directes ou indirectes de ce fléau.

Cette crise est une épreuve. En elle-même, elle est un mal ; mais nous savons que d’un mal, Dieu peut faire advenir un bien.

Ce temps de crise peut être l’occasion de (re)découvrir cette nourriture spirituelle qu’est la Parole de Dieu. Puisque beaucoup ne pourront pas participer à l’eucharistie dominicale, pourquoi ne pas prendre le temps de prier à la maison, en famille ou avec quelques proches, autour des textes de la messe du jour ? On les trouve facilement aujourd’hui sur Internet (cf. www.aelf.org) ou dans diverses revues. J’ai également envoyé aux prêtres un exemple de liturgie dominicale qui peut être utilisée en famille. Il n’y a pas besoin d’avoir fait de grandes études pour lire un passage de la Bible à plusieurs et échanger à partir de questions simples, comme celles-ci : que dit ce texte ? en quoi m’interroge-t-il ? en quoi rejoint-il notre vie quotidienne ? etc.

N’oublions pas non plus que derrière ce virus, comme derrière tout mal, il y a le Mauvais qui est à l’œuvre. Cette crise révèle bien des disfonctionnements de notre société mondialisée qui cherche de plus en plus à se construire sans Dieu. Fasciné par les progrès scientifiques, l’être humain se croit tout-puissant et oublie Celui qui donne la vie, la croissance et l’être. Prions la Vierge Marie avec persévérance pour qu’elle nous délivre du covid 19 mais aussi de tout endormissement spirituel. Qu’elle nous aide à nous tourner vers Jésus le Sauveur, qui nous dit : « Mon enfant, éveille-toi ! » (Lc 8,54).

+ Olivier de Germay

Evêque d’Ajaccio