La corse est à vous !

Pour ceux qui, comme moi, arrivent du continent, il est difficile de ne pas sourire en entendant le chant : Chez nous, soyez Reine… la Corse est à vous ! Mais, il faut bien le reconnaître, la Vierge Marie a une place toute particulière dans le cœur des Corses. Il y a maintenant 5 ans, nous avons renouvelé la consécration de la Corse à son Cœur Immaculé. 

Depuis, la Vierge Marie nous a obtenu de nombreuses grâces, avec en particulier trois entrées au séminaire. Mais une telle consécration n’est pas un acte magique, et je vous invite à renouveler personnellement et régulièrement cette consécration. 

Par elle, nous choisissons Marie comme notre Mère et notre Reine. Peut-être sommes-nous plus à l’aise avec le vocable de Mère qu’avec celui de Reine. En fait, les deux sont complémentaires. 

En tant qu’elle est notre Mère, Marie prend soin de nous, comme une mère prend soin de son enfant. Comme on le constate dans ses diverses apparitions, elle peut nous consoler, nous encourager, nous enseigner, nous bousculer aussi pour que nous puissions devenir d’authentiques disciples du Christ. C’est toujours à lui, en effet, qu’elle veut nous conduire. 

Le vocable de Marie Reine (elle est fêtée sous ce nom chaque 22 août), met l’accent sur un autre aspect de notre relation à Marie. Si elle est notre Reine, cela signifie que nous sommes ses « sujets », un mot qui est chargé de plusieurs significations. On pense évidemment à la Reine qui protège ses sujets, et cela fait certainement partie du rôle de Marie. Des générations de chrétiens se sont mis sous sa protection, sous sa « garde », comme l’exprime le Sub tuum praesidium, hymne chantée en polyphonie depuis très longtemps en Corse. 

Le mot « sujet » évoque aussi la soumission, ce qui dans la mentalité actuelle n’est pas très séduisant. Mais avec la Vierge Marie, aucun risque d’abus de pouvoir. Elle nous permet simplement de résister à la tentation de la toute-puissance, si profondément ancrée en nous. 

Marie reconnue comme notre Reine renvoie à un autre aspect. Un bon sujet s’efforce en effet d’être utile à sa Reine ; il est à son service. En nous consacrant à la Reine de la Corse, nous recevons une mission, celle d’étendre son Règne, qui n’est autre que celui de son Fils. Grâce à elle, nous voulons triompher du mal présent dans le monde, et aussi en nous-mêmes, par la puissance de l’amour divin qui est répandu dans nos cœurs (cf. Rm 5,5). 

N’ayons donc pas peur de nous soumettre à Marie Reine. Elle nous aidera à faire ce que le Seigneur nous demande, même lorsque cela sort de nos logiques trop humaines (cf. les noces de Cana) ; elle nous apprendra à être dociles aux motions de l’Esprit Saint pour que nos initiatives missionnaires viennent de Dieu. 

Oui, que la Corse soit à elle. Que notre île développe un authentique esprit marial, pour que nous soyons des artisans de paix et de justice, attentifs à toute souffrance, à toute attente et à toute soif. Notre monde, dont on dit qu’il est parfois dur, a besoin de la tendresse du Règne de Marie. 

En ce début d’année pastorale, je vous souhaite de (re)choisir la Vierge Marie comme votre Mère et votre Reine. Ainsi réunis sous sa bienveillance maternelle, nous pourrons œuvrer ensemble, en mettant de la douceur et de la bienveillance entre nous, pour que grandisse en Corse le Règne de son Fils. Bonne rentrée !

 

+ Olivier de Germay
Évêque d’Ajaccio