Paroisses
La quête en ligne !
Faire un Don
Faire un signalement
Faire dire une messe

Synodalité

Synthèse des contributions

/ Par M. l’abbé Jean-Yves Coeroli, vicaire général du diocèse d’Ajaccio

I.   LES CONSTATS  

1. Généralités positives sur notre vie en Église

– L’espérance demeure en dépit des difficultés, dans une Église qui est notre famille, grâce à l’Esprit Saint, grâce à notre foi commune

– Attachement au « partage » entre chrétiens, spirituel et fraternel.

– Existence de temps où la célébration est liée à une rencontre conviviale.

2. Généralités négatives sur notre vie en Église

– L’Église apparaît comme « essoufflée », vieillotte.

– Fraternité insuffisante entre les fidèles.

– Mauvais comportement des pratiquants (aussi pécheurs que les autres ?).

– Manque de temps ou de motivation pour améliorer notre vie en Église.

– La « pudeur » nous freine pour témoigner de notre foi.

– On parle parfois un peu trop d’argent (Denier de l’Église, etc.).

– Église blessée par les affaires de pédocriminalité.

3. Dialogue avec la société

Beaucoup de gens ne connaissent pas Jésus.

– La « laïcité » est parfois un frein au dialogue avec la société.

– Bienveillance des médias en Corse vis-à-vis de l’Église catholique.

– Dialogue occasionnel entre évêque, prêtres et élus.

II.  LES  PROPOSITIONS ET  LES  SOUHAITS

1. Généralités

a) Objectifs « classiques »

– La priorité est l’annonce de la Bonne Nouvelle, le salut en Jésus mort et ressuscité.

– Chacun est invité à une conversion personnelle continuelle.

– Développer la prière personnelle et communautaire.

– Tous les baptisés doivent prendre leur responsabilité dans la vie de l’Église.

– Pas besoin de changer l’institution ecclésiale, mais laisser l’Esprit Saint l’irriguer.

b) Urgences

– Nécessité absolue de rencontres en dehors de la messe dominicale.

– Initiatives nouvelles et disponibilité pour l’accueil de la part du clergé très attendues.

– Les pasteurs ont aussi la charge des « brebis » qui sont loin.

c) Autres

– « Officialiser » davantage la place des femmes dans l’Église ; des prêtres mariés ?

– Ne pas oublier les chrétiens d’autres confessions.

2. Pastorale liturgique et sacramentelle, pastorale des funérailles

a) La messe

– Améliorer la participation des fidèles à la messe, l’attention aux lectures et à l’homélie.

– Proposer des « messes des familles » avec attention aux personnes peu pratiquantes.

– Améliorer et soigner l’animation liturgique par une chorale, des chants porteurs…

– Faire des homélies en lien avec la vie quotidienne et avec l’Évangile à vivre au concret.

– Mettre en place un accueil avant la messe et/ou des temps conviviaux en sortie de messe.

– Stimuler la pratique dominicale des acteurs pastoraux (catéchistes, etc.).

b) Baptêmes, mariages, obsèques

– Engager davantage de laïcs dans la préparation au baptême, au mariage, dans l’accompagnement du deuil.

– Soigner le catéchuménat des adultes : accompagner sans décourager (longueur excessive du cheminement ?), 

laisser l’Esprit faire prendre conscience des exigences évangéliques.

– Améliorer la préparation au mariage avec le témoignage de couples mariés, réfléchir à la chasteté avant le mariage.

c) Autres

– Resituer et proposer de façon juste le sacrement de réconciliation.

– Resituer et proposer de façon juste l’onction des malades.

3. Améliorer la communion, la fraternité, la vie spirituelle partagée entre baptisés

a) Vie des prêtres

– Veiller à ce que les prêtres ne s’enferment pas dans une solitude délétère.

– Faire des presbytères davantage des « lieux de vie et de rencontre »

b) Progrès général de la vie évangélique de tous

– Progresser dans la joie, dans une meilleure proximité entre clergé, religieux et fidèles laïcs.

– Développer l’accompagnement spirituel personnel.

– Promouvoir le pardon demandé et offert, notamment entre pratiquants.

– Prier les uns pour les autres, notamment dans la prière universelle (cadre paroissial).

– Créer des groupes de prière.

– Créer des groupes autour de la Parole de Dieu.

– Proposer un échange entre paroissiens autour de problèmes de société.

c) Progrès des « services paroissiaux »

– Solliciter davantage de fidèles pour les services de la paroisse.

– Encourager une place active des confréries dans les paroisses.

d) Progrès dans l’animation concrète des paroisses

– Créer des rencontres entre paroissiens en dehors du culte, qui peut devenir routinier.

– Améliorer la communication interne, en particulier en signalant aux messes les événements pastoraux locaux (baptêmes, mariages, etc.).

– Stimuler les initiatives venant de groupes particuliers, confréries, catéchistes, etc.

– Créer des temps forts locaux (fêtes patronales, kermesses, randonnées, pèlerinages…)

– Mettre en place du covoiturage.

– Faire une réunion « bilan et perspectives » annuelle où tous sont invités.

e) Progrès dans la vie fraternelle des paroisses

– Organiser des « apéritifs », des « tables ouvertes », pour se rencontrer et échanger « gratuitement ».

– Coups de téléphone à promouvoir envers les nouveaux paroissiens, catéchumènes, pour manifester la fraternité de façon simple.

– Créer des groupes « inter-villages » dans le rural.

f) Au niveau diocésain

– Créer des temps forts diocésains réguliers.

– Aider financièrement le diocèse (Denier de l’Église, legs, etc.).

– Encourager une place active des confréries dans le diocèse.

4. Insistance sur la formation

– Former et accompagner tous les « acteurs pastoraux » (catéchèse, visite aux malades, etc.)

au niveau local ou plus largement (doyenné, diocèse).

– Accueillir l’inépuisable richesse de l’Evangile pour qu’elle donne fruit.

– Stimuler la lecture de la Parole de Dieu.

– Expliquer ce qu’est une « charité » authentique.

– Faire des homélies plus « enseignantes » et proposer la « lectio divina ».

– Mettre en place des catéchèses simples pour les pratiquants et les personnes en recherche.

5. Améliorer la prise en charge des « pauvres »

a) Les « pauvres » de nos communautés.

– Organiser la visite, la « présence téléphonique » et la prière auprès des paroissiens malades.

– Organiser du covoiturage pour les personnes fatiguées qui peuvent sortir.

b) Plus largement

– Promouvoir l’attention aux personnes en souffrance ; écouter, diriger éventuellement vers une de prise en charge médicale, d’aide sociale…

– Faire une place aux jeunes, généreux dans le caritatif.

– Organiser des rassemblements de telles personnes (cf. Fratello).

– Donner pour le soutien de nos frères chrétiens en difficulté à travers le monde.

6 . La mission en général

a) Améliorer la qualité de la rencontre avec les personnes qui viennent à nous

– Témoigner de sa foi par une attitude évangélique dans tous nos milieux de vie.

– Soigner notre bienveillance, notre écoute, notre générosité vis-à-vis de tous.

– Dans le dialogue, avoir une attention gratuite à tous avant de « proclamer » notre foi :

aimer, tenter de comprendre avant d’« asséner » nos convictions, cheminer avec patience avec des personnes qui nous font confiance et avancer à leur rythme ; l’autre qui ne pense pas comme nous n’est pas toujours un ennemi.

– Demande d’une avancée sur le lien entre une société qui évolue et une Église « statique » :

place des fidèles homosexuels, des divorcés remariés, mariage des prêtres, ordination des femmes.

b) Dans la cadre de la catéchèse

– Repenser en priorité la catéchèse des enfants, des jeunes, des adultes : qu’elle soit mieux adaptée.

– Associer les parents à la catéchèse de leurs enfants.

– Mettre en place des « messes de familles » régulières avec un temps convivial

pour mieux se connaître.

c) Propositions d’initiatives concrètes paroissiales pour mieux accueillir

– Créer des permanences d’accueil, des rendez-vous d’écoute.

– Soigner les célébrations très fréquentées (Rameaux, Pâques Noël, fêtes patronales…) sans mépriser la piété populaire.

– Soigner la célébration des baptêmes, mariages, obsèques, premières communions, etc.

– Intégrer des nouveaux membres par parrainage.

d) Propositions d’initiatives concrètes de rencontre

– Faire de la bénédiction des maisons des temps de rencontre.

– Proposer dans la nature un cheminement spirituel.

– Dialoguer avec des personnes n’ayant pas nos convictions religieuses, quand l’occasion se présente.

– Mettre en place des lieux de rencontre « chrétiens / autres » sur des thèmes de société.

– Créer des lieux style « café philo » ou « café catho », des « repas dialogue ».

– Créer des bibliothèques de livres « cathos », des livrets de prière à disposition dans les églises ouvertes.

e) Divers

– Solliciter les mairies pour faire des fêtes patronales des temps de convivialité qui aident au contact avec l’Église et à l’évangélisation.

– Soigner la communication sur les réseaux sociaux.

7. La mission plus spécifique auprès des jeunes 

– Urgence de s’occuper des jeunes et d’intensifier la pastorale des jeunes.

– Créer des lieux d’activités et de convivialité pour les jeunes ; on pense aux « patronages ».

– Projections de films suivies de débats, marche avec réflexion sur la Parole de Dieu ;

visites auprès de personnes âgées ; autres engagements caritatifs.

– Soigner l’animation des réseaux sociaux diocésains ou locaux.

– Mettre en place des catéchèses locales sur Internet.

– Promouvoir le scoutisme.

– Stimuler la lecture de « BD cathos ».

8. Partage de la « gouvernance »

– Prier l’Esprit Saint et se laisser éclairer par la Parole de Dieu.

– Faire un « état des lieux » de la vie pastorale et définir les besoins.

– Mettre en place EAIP, conseils pastoraux, conseils pour les affaires économiques.

– Importance pour le clergé de partager avec les laïcs, d’avoir une vraie concertation, d’accueillir des propositions inattendues, dans une « obéissance mutuelle ».

– Savoir prendre du temps et rechercher un consensus large.

– Discerner les charismes et oser appeler.

9. Lien avec la société

a) Objectifs généraux

– L’Église doit enseigner à aimer (tous azimuts) même si la foi est difficile à transmettre.

– Faire entendre la voix de l’Église (« morale » sociale) sans condamner.

et manifester son engagement envers les plus pauvres.

– Donner à des associations caritatives, pour notre île ou plus largement.

b) Propositions d’engagements concrets

– Participer en tant que chrétiens à des réflexions dans le cadre de la société civile.

– S’engager en tant que chrétiens dans des associations d’intérêt général.

– S’engager en politique dans l’esprit de la doctrine sociale de l’Église.

– Inviter les élus aux fêtes.

c) Propositions de rencontres

– Stimuler les rencontres « cultuel – cultuel », notamment autour de l’entretien des églises et chapelles ; « apostolat de la beauté et des arts ».

– Créer des occasions de rencontres « gratuites » (barbecue, loto, etc.) ;

certaines confréries font ainsi de l’animation « sociale ».

– Mettre en place des « fêtes des voisins ».