Prier avec simplicité

Une injonction inaugurait jadis les récollections, les réunions paroissiales ou autres rencontres chrétiennes : « Mettons-nous en présence du Seigneur. » Cette phrase me rappelait ironiquement le « mettons-nous en rang » qui précédait l’entrée en classe ! Pourtant, tout n’est pas sans signification dans cette expression vieillotte.
Elle nous dit d’abord que la prière est une décision ; il faut un effort de la volonté pour s’extraire des occupations et préoccupations qui nous envahissent et nous encombrent. Avoir « une pensée pour Dieu » avant de commencer un travail n’est pas évident quand le travail est urgent et ardu ; il faut freiner et reprendre souffle. Prendre ainsi l’habitude de ces courtes « pensées pour Dieu », même si elles ne sont pas des prières estampillées, nous ouvre progressivement la possibilité de vivre avec Dieu et nous transforme. C’est en priant que l’on apprend à prier. La voie est par là ouverte à une éventuelle prière plus longue ou plus méditative.
Ensuite la formule oblige à s’interroger sur ce « nous » que nous sommes invités à mettre en présence du Seigneur. Ce peut être le « nous » qui s’est éloigné de Dieu et le retrouve avec peine, dans un effort ; mais « nous » sommes aussi celui qui s’appuie sur la foi en une connaissance priante ; ou celui qui joyeux, présente sa joie, comme celui qui, triste, présente sa peine. Ce que nous sommes, nous le mettons avec simplicité « en présence du Seigneur », ou pour être plus juste, nous le tenons dans la présence de Dieu qui jamais ne s’absente. Celui qui prie sait qu’il est précieux aux yeux de Dieu et cette confiance lui permet tout ; même de supporter ce qui lui apparaîtrait comme une absence.
Prier, c’est alors simplement ouvrir la porte à Dieu. La prière qui aide et qui construit n’est pas celle à laquelle on se livre pour qu’elle nous apporte quelque chose, mais celle qui repose sur un rapport intérieur de simplicité avec Dieu. Ce rapport n’est plus volonté mais accueil. Notre simplicité rencontre celle de Dieu en une communication qui invite à la communion. Nous qui avons été « engendrés par la vivante et permanente Parole de Dieu » (Première lettre de Pierre 1, 23), nous sommes appelés à « recevoir avec douceur la Parole qui a été implantée en nous » (Lettre de Jacques- 1, 21).
P. Joseph Fini