A la rencontre de François Grimaldi d’Esdra

Après trois années passées à la tête du service communication du Diocèse d’Ajaccio, il quittera ses fonctions le 31 août pour une nouvelle mission au sein de l’enseignement catholique de Corse.

François quelles ont été les évolutions marquantes durant ces trois ans ?

Il y a d’abord eu la refonte de notre mensuel, Eglise de Corse, qui a connu un véritable relooking, avec une nouvelle charte graphique et éditoriale, de nouvelles rubriques comme “A la rencontre…” sans oublier la naissance du format numérique. Le mensuel est un véritable pivot pour notre communication, car il nourrit notre site internet et nos réseaux sociaux. Toujours dans cet esprit de renouveau, le nouveau site Internet a vu le jour en avril 2017. Il comptabilise environ 200 visites par jour (contre 6 à mon arrivée) ; il est devenu un outil pratique et ludique pour les internautes. Les réseaux sociaux ne sont pas en reste, ils bénéficient d’une belle vitalité et attirent les plus jeunes. Au rayon des nouveautés, il faudrait mettre en avant la newsletter avec ses 2200 abonnés, ou encore notre chaine Youtube, avec des vidéos qui sont vues entre 100 et 1000 fois. Quant à la campagne du Denier, nous la réalisons en interne depuis mon arrivée. Enfin, des liens forts se sont retissés avec les nombreuses paroisses de l’île. Il me semble, sans vouloir trop m’avancer, que la communication a été au service de la communauté, de toute la communauté. 

Des regrets ? 

Ce n’est vraiment pas ma philosophie : je ne regrette pas ce qui a été entrepris, mais certaines actions auraient pu être mieux menées, mieux présentées. Par exemple, je n’ai pas réussi à créer une véritable toile de communicants à travers le diocèse. Cela demande du temps, mais les graines sont semées et j’ai bon espoir que cela finisse par aboutir. Il en va de même pour la campagne du Denier, j’aurais aimé qu’elle soit pensée de manière plus collégiale, comme cela se fait dans d’autres diocèses. Mais là encore, les bonnes volontés sont présentes, il ne manque pas grand chose pour que cette stratégie devienne réalité.  

Une nouvelle aventure va commencer pour vous, racontez-nous ? 

En effet, à partir du 1er septembre, je serai directeur adjoint du collège-lycée catholique Saint-Paul à Ajaccio. 

Je suis la formation de chef d’établissement à l’école des cadres missionnés qui se trouve à Montrouge, depuis maintenant 2 ans : une formation de grande qualité, très enrichissante et surtout formatrice. J’en ressors différent, j’ai beaucoup évolué, et je me sens prêt à apporter ma force de travail à l’établissement, sa communauté et bien évidemment à la directrice, Mme Mattei. J’ai accepté avec fierté ce poste, proposé à la fois par la tutelle, l’OGEC et la cheffe d’établissement, une proposition qui correspondait à un besoin. Je suis un ancien élève de Saint-Paul, un pur produit de l’enseignement catholique, j’y ai enseigné pendant 13 ans, et j’ai maintenant hâte de pouvoir m’investir pleinement dans cette nouvelle mission. Je ne cache pas également mon envie de pouvoir de nouveau enseigner car le contact avec les élèves m’a beaucoup manqué. 

Un dernier mot pour la communauté catholique de l’île ?

Si je n’avais qu’un mot, ce serait un énorme merci ! Merci de m’avoir autant apporté, ce fut un véritable plaisir de travailler au service de la communication du diocèse d’Ajaccio. Merci à notre évêque pour la confiance accordée, merci aux nombreuses personnes qui ont participé à l’écriture de ces 32 numéros. J’aimerais en citer quelques-unes, les pères Gaston Pietri, Joseph Fini et Francis Ghisoni, Monsieur Raphaël Lahlou, sans oublier celui qui m’a accompagné, non sans humour, tout au long de mon passage à l’évêché, le père Jean-Yves Coeroli. Je pense aussi à Claudine Hernicot, la secrétaire de la revue. Un grand merci également à ceux qui font partie du Conseil de la communication, Mmes Andreani, Pietri pour la RCF et Mme de Guibert. Merci à l’ensemble des prêtres, catéchistes, diacres, religieux et laïcs. Enfin merci à toute l’équipe de l’évêché qui réalise un travail remarquable. Bon vent à tous et que Dieu vous garde !

Propos recueillis par J-Y Coeroli.