Eglise de Porticcio : le permis est déposé

Le 21 décembre dernier, le permis de construire de la prochaine église de Porticcio a été déposé en mairie. Le président du comité de soutien, Bernard Faraud revient sur ce magnifique projet diocésain. 

Quel est le rôle du comité de soutien dont vous êtes le président ?

Avec l’accueil de notre communauté chrétienne, l’aspect structurant et identitaire de ce projet est aussi, pour moi très important.

Il est en pleine harmonie avec la réalité de la vie communautaire qui s’est constituée à Porticcio depuis 50 ans.  Il sera demain encore plus important au regard de ce développement disruptif que nous connaissons depuis plusieurs années dans notre environnement direct.

Ce projet contient donc pour moi ces très fortes symboliques qui portent mon engagement vers cet objectif.

C’est pourquoi je m’engage avec d’autres chefs d’entreprises, dans le soutien de cet ambitieux projet pour la Corse, pour Porticcio.

Aujourd’hui, cette étape essentielle du dépôt de la demande de permis de construire a été franchie dans les délais souhaités par le Comité de Soutien. Cette étape ne manque pas de renforcer la motivation collective qui se dégage des équipes du diocèse et des nombreux soutiens, ainsi que d’apporter de l’espérance.

C’est dans cette démarche que s’inscrit le rôle actuel du Comité de Soutien, dont les acteurs contribuent à élargir et ancrer le socle des soutiens et donateurs, en apportant leur éclairage aux équipes en charge de conduire cette réalisation, selon leurs compétences et disponibilités respectives ; l’aboutissement de ce projet ne pouvant être que le fruit d’une démarche collective qui pourra ensuite être relayée par les prochaines générations.

Plus personnellement, quelles sont vos motivations ?

C’est avec émotion que j’interviens en tant que membre du Comité de Soutien de cet ambitieux projet de création d’une église pour la Corse.

Il est vrai que ma motivation puise aussi ses ressources dans mes 43 dernières années de vie à Porticcio, par ma participation, avec mon épouse, à la vie de notre communauté. Au fil des années, nous avons vu ainsi :

– l’école passer d’une construction précaire à l’important groupe scolaire accueillant nos enfants et aujourd’hui nos petits-enfants, la construction du collège,

– la mairie passer d’une seule pièce mise à disposition par le 1er adjoint de l’époque, qui recevait les mariages dans sa salle à manger, au centre administratif de ce jour.

Je revois l’image d’un groupe d’enfants, dont les nôtres, dans notre salle à manger familiale, être préparés à la première communion par l’un de nos concitoyens, leur communion dans une église déjà trop petite, n’étant plus adaptée aujourd’hui à notre forte communauté résidente, dans un environnement à haute fréquentation touristique.

Propos recueillis par François Grimaldi d’Esdra.