A Lourdes, une leçon de vie …

Plus de 550 fidèles corses ont participé cette année au pèlerinage diocésain du Rosaire à Lourdes. Parmi eux, pour la première fois, des lycéens de nos établissements catholiques d’Ajaccio et de Bastia étaient du voyage. L’un d’eux, Arthur, nous livre son ressenti… 

Arthur pourquoi avoir choisi de partir en pèlerinage ? 

Quand le père Louis m’a proposé de participer au pèlerinage, j’ai tout de suite pensé au bon temps que nous pouvions passer avec les autres amis qui faisaient partie du voyage. J’en ai parlé autour de moi, notamment avec ma grand-mère, et j’ai pris conscience que je n’allais pas simplement en voyage mais que j’allais vivre des choses fortes. Ma grand-mère m’a parlé des miracles et j’avoue que je ne comprenais pas ce que cela voulait dire. De plus, l’idée de partir avec des centaines de Corses m’enthousiasmait. Il y a un avant et un après Lourdes. Avant, on est motivé par le bon temps et les rigolades entre copains, après, il y a le cheminement que nous avons vécu, les rencontres que nous avons faites, les messes que nous avons vécues, les témoignages forts que nous avons reçus.

Le rapport aux malades ? 

Très vite nous avons été mis dans le bain du service des malades. Nous étions affectés au service voiturage qui consistait à prendre en charge les malades de l’accueil Marie Saint-Frai pour les emmener vers les lieux de célébration ou pour aller faire les courses. Avec une autre jeune de Bastia nous nous sommes occupés de Madeleine, une dame de Cholet, avec qui nous sommes encore en contact. Ce qui est extraordinaire, c’est la joie de vivre de ces personnes malades, handicapées ou dépendantes. Leur joie de vivre nous donnait la joie de les servir. Au moment de rentrer, nous avions un pincement au cœur de devoir nous séparer. Mais ces personnes, comme Madeleine, resteront dans nos cœurs comme des personnes que le Seigneur a mises sur notre route et qui nous ont donné une leçon de vie.

Un souvenir, un fait significatif que vous retiendrez ? 

Je rentre en Corse avec tout ce que nous avons vécu mais un événement m’a particulièrement marqué. Il s’agit de ma première communion à la basilique Notre-Dame du Rosaire. Après avoir vécu l’expérience des piscines, où j’ai été marqué par la foi des personnes qui y sont plongées et par le fait que nous ressortons complètement secs, je me suis confié au père Louis qui m’a dit : « Arthur, tu chemines depuis plusieurs années et je pense qu’il est temps que tu reçoives l’Eucharistie pour la première fois. » J’ai été touché par la proposition parce que cela me permettait de mettre des mots sur l’expérience que je vivais. En fait je m’étais rapproché du Christ et je voulais le recevoir par la communion. Après avoir vécu le sacrement de réconciliation, je me suis senti plus léger et j’ai reçu lors d’une messe entre amis la première communion.

Si vous deviez convaincre des camarades de participer à un pèlerinage, que leur diriez-vous  ? 

Lourdes, c’est le lieu de l’impossible qui devient possible. C’est le lieu de la rencontre de l’autre, du différent, du faible physiquement, du fort spirituellement. C’est le lieu des expériences spirituelles fortes. Alors si un jour on vous propose d’aller à Lourdes, n’hésitez surtout pas. Faites confiance à la Vierge Marie, Reine de la Corse, vous ne serez pas déçus.

Propos recueillis par François Grimaldi d’Esdra.