Sainte Jeanne de Chantal (+1641)

Jeanne-Françoise Frémyot était la fille du président du Parlement de Bourgogne. C’était un catholique intransigeant en cette époque des Guerres de religion. A 20 ans, elle épouse le baron de Chantal qu’elle aima d’un grand amour. Epouse accomplie, pieuse à ses heures, elle était une mère parfaite qui eut la douleur de perdre en bas âge deux de ses six enfants. Elle a 28 ans quand le baron est tué d’un accident de chasse. Veuve, elle se révolte, déteste le malheureux meurtrier malgré lui et, au bord du désespoir, elle s’en remet à un confesseur rigoureux. Quatre ans plus tard, elle entend saint François de Sales prêcher un carême et, en remarquant sa douceur, elle reconnaît en lui le maître spirituel dont elle a besoin. L’évêque de Genève la libère de ses scrupules, et de leur confiance réciproque va naître une grande aventure religieuse et spirituelle. Jeanne-Françoise prend le temps d’établir ses quatre enfants dans la vie et fonde l’Ordre de la Visitation – Sainte-Marie, congrégation destinée aux femmes de santé fragile. Après la mort de saint François de Sales, elle maintiendra intacte cette spiritualité salésienne. Pendant 40 ans, elle souffrira de tentations contre la foi, mais l’amour de Dieu lui suffit, qu’elle rejoindra en 1641.

Ne vous retournez jamais sur vous-même. Que cela vous suffise qu’il daigne se servir de votre chétivité et de votre inutilité.

(Lettre à l’une de ses religieuses)

J’aime les âmes indépendantes, vigoureuses et qui ne sont point femmelettes.

(Sainte Jeanne de Chantal)

Regardez seulement Dieu et le laissez faire, vous contentant d’être toute sienne en toutes vos actions.

(Sainte Jeanne de Chantal à une religieuse)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).