Une journée pas comme les autres !

Corbara copieA Corbara, les jeunes de 18-30 ans de toute la Corse se sont déconnectés, loin de l’agitation de nos activités quotidiennes, lors d’une mini-retraite dans un cadre magnifique, le couvent St-Dominique, tenu par les frères de saint Jean.

Une journée courte et intense qui nous a permis de redécouvrir le goût de la prière, en accueillant l’Esprit Saint à travers  les chants, le partage et l’écoute de la Parole. La retraite a été rythmée par des témoignages, des moments de réflexion et de prières personnelles. De fait, la marche et les temps de silence ont aussi joué un rôle dans notre cheminement.

La matinée commence par une abondance de pluie, un don gratuit de Dieu. Avec comme thème « Ton Bonheur, c’est quelqu’un ! » notre état d’esprit, avant de commencer les exercices, était le prolongement de la pensée de saint Ignace. Un Cœur qui ne met pas de limites, disponible à écouter les Béatitudes. Dans l’individualisme exacerbé de notre société actuelle on ne voit pas forcement le bonheur. 

Le bonheur c’est mettre l’humain au cœur des préoccupations au travers de l’entraide, ou d’une simple rencontre comme aujourd’hui,  mais aussi voir de nouveaux visages, écouter les diverses expériences de chacun et l’ouverture aux autres. Voilà, c’est ça la bonne nouvelle, le bonheur ! 

Comme le disent de nombreux témoignages :

« Une retraite permet de se poser, de prendre le temps avec quelqu’un qu’on aime. En tant qu’étudiant, on ne prend pas assez souvent le temps de s’arrêter pour se demander : “Qui est Dieu ? Et que veut-il de moi ?” » Michel, 27 ans

« Revoir ma vie avec le Seigneur, rendre grâce de ce que j’ai reçu ! » Claire 19 ans

« Je suis très heureux de cette session à tout point de vue. L’accueil de chacun, le cadre, l’organisation de la journée. Le couvent de Corbara permet de prendre un vrai temps de recul, de prière. » Sergio 24 ans

L’un des participants dit ne pas comprendre ce bonheur et il ira encore plus loin en disant qu’il se perd dans cette définition du bonheur. Même si nous ne le voyons pas, le mal, ou le malin est au milieu de nous !  

Père Olivier Mesana prend alors la parole et explique toutes les fausses pistes des « plaisirs fugitifs » surnommés par notre ami « le bonheur ». Il conclut par le passage des Béatitudes et à partir de ce moment tout devint  lumineux :  la différence entre le faux bonheur qui nous charme (pour nous perdre) et le véritable bonheur (qui ne change jamais d’apparence), se révèle à nous.  

Il est midi passé, nous sommes invités à table, dans le réfectoire mis à notre disposition par les frères de saint Jean. Comme ce partage était beau ! Même le repas nous a  invité  à dépasser les frontières de l’individualité. Comme pour le bonheur, le goût se forme et s’éduque au contact des autres, il est le résultat d’un échange, de mots et de mets.

Après le déjeuner, place à la marche sous un soleil brillant. Une petite balade méditative dans la montagne en récitant le Rosaire, nos yeux tournés vers la Vierge Marie qui nous attend au sommet de la montagne balanine.D’une seule voix nous récitons ce que saint Jean-Paul II appelait « sa prière préférée » : « Le Rosaire est une prière merveilleuse. Merveilleuse de simplicité et de profondeur. »

De retour au Couvent, tout le monde se dirige silencieusement vers la chapelle, Jésus étant présent dans le Saint Sacrement.

Pour ma part, recueilli dans un coin, j’ai ressenti une paix et une sérénité incomparables, comme si son regard rempli d’amour et de bienveillance consolait mon cœur. Beaucoup de participants diront avoir ressenti les mêmes sensations que moi. Tout est clair, le véritable bonheur est devant nous, c’est Jésus Christ.

Pendant cette journée, Dieu nous a vraiment envoyé une pluie de bénédictions. Vivement la prochaine rencontre !

Une participante.