Ordination d’Antoine Peretti

Dimanche 30 avril, dans la cathédrale d’Ajaccio et sur son parvis, une foule digne d’une fête de la Miséricorde s’était rassemblée pour assister à l’ordination d’Antoine Peretti.

Une ordination est toujours une célébration émouvante et importante dans la vie de l’Eglise locale. C’est l’occasion pour elle de recevoir le nouveau prêtre comme un don de Dieu et c’est aussi l’occasion pour le candidat qui vit au cours de cette célébration un moment important de sa vie, de se sentir entouré et soutenu par l’Eglise.

AP1La célébration qui a duré deux heures et demie a commencé par l’appel et la présentation du candidat. Le père Francis Buresi nous a présenté le fils d’Azilone au parcours atypique qui a été directeur-adjoint de Pôle Emploi et qui est encore maire de son village. Ce qui est également atypique, c’est qu’Antoine a été ordonné prêtre après trente années de service diaconal.

« C’est un grand jour pour l’Eglise de Corse et pour l’île tout entière. C’est un moment particulier puisque nous allons ordonner, non pas un jeune prêtre, mais un jeune…retraité » nous a dit Mgr Olivier de Germay dans son homélie.

La célébration a continué par un dialogue public entre l’évêque et le futur prêtre : ce dernier s’est engagé devant tous à vivre son ministère de prêtre selon ce que demande l’Église. Pour le soutenir dans sa nouvelle vie et dans ce qu’elle exige de sa part, l’Eglise demande l’intercession de tous les saints et prie le Père avec et pour le candidat prostré en signe d’abandon à la volonté de Dieu.

Puis, à la suite de l’évêque, tous les prêtres présents ont imposé les mains individuellement sur la tête du futur ordonné pour signifier le don de l’Esprit Saint accordé à Antoine.

Viennent ensuite les rites complémentaires. Antoine est vêtu des ornements sacerdotaux, l’étole et la chasuble. L’évêque lui a fait une onction de saint chrême dans la paume des mains pour signifier qu’il est désormais consacré au service de Dieu. Avant de donner le baiser de paix aux prêtres pour symboliser son appartenance au presbytérium, Antoine a reçu de la part de l’évêque la patène et le calice pour la célébration de l’Eucharistie.

A la fin de la messe, Antoine, avec l’humour que nous lui connaissons, a remercié les personnes qui l’ont aidé dans son cheminement. Il a fini son discours par l’histoire de la cruche neuve et la cruche fêlée qui perdait de l’eau sur le chemin. Il s’est comparé à la cruche fêlée qui, malgré le fait qu’elle perdait de l’eau, fleurissait le chemin.

Par le père Louis El-Rahi.